© Kalel KOVEN
{{thumb80}}
© Roméo BALANCOURT
{{thumb80}}
©  David TEMPLIER
{{thumb80}}
© Pierre STEVENIN
{{thumb80}}
© Tristan SHU
{{thumb80}}
© Balint PÖRNECZI
{{thumb80}}
© Fred MARIE
{{thumb80}}
© Patrick HANEZ
{{thumb80}}
© Aurélien FAIDY
{{thumb80}}
© Cyril ABAD
{{thumb80}}
© Michel Denis-Huot
{{thumb80}}
© Thomas VOLLAIRE
{{thumb80}}
© Jacques GILLON
{{thumb80}}
© Olivier GRUNEWALD
{{thumb80}}
© Jacques BORGETTO
{{thumb80}}
© Pascal BOURGUIGNON
{{thumb80}}
© Diego BUÑUEL
{{thumb80}}
© Scarlett COTEN
{{thumb80}}
© Ljubiša DANILOVIC
{{thumb80}}
© Marion DUBIER-CLARK
{{thumb80}}
© Tony EL HAGE
{{thumb80}}
© Guillaume FLANDRE
{{thumb80}}
© Stanislas GUIGUI
{{thumb80}}
© Jacky LEY
{{thumb80}}
             © Eric MARRIAN
{{thumb80}}
© Bruno MORANDI
{{thumb80}}
© Pascal XICLUNA
{{thumb80}}
© Jean-Louis COURTINAT
{{thumb80}}
© Gérald GERONIMI
{{thumb80}}
© Frédéric BOEHLI
{{thumb80}}
© Julien APRUZZESE
{{thumb80}}
© Bruno AMSELLEM
{{thumb80}}
© Pierre-Anthony ALLARD
{{thumb80}}
© Eric BOUVET
{{thumb80}}
16.12.2016

Sidi Moussa

Sidi Moussa « seigneur moïse » en arabe, est un village situé à 30 km d’Alger. A l’origine agricole, ce qui était considéré comme un « petit paradis » allait devenir le fleuron du socialisme algérien grâce à son industrialisation dans les années 70. A son apogée, les différentes usines employaient jusqu’à 10000 salariés.

Mais dans les années 80, une grave crise toucha une Algérie qui venait tout juste de s’ouvrir au pluripartisme. Les usines fermèrent, et de nombreux chômeurs abandonnés par l’état rejoignirent les islamistes. Sidi Moussa allait devenir l’un des fiefs de l’intégrisme pendant la décennie noir, et plonger ainsi dans un bain de sang qui allait durer plus de 8 ans.

Aujourd’hui, la paix est revenue mais les stigmates sont dans les esprits et les murs. Personne ne veut évoquer ce passé douloureux, pourtant quasiment palpable. Partout le marasme, la méfiance, le chômage,et les jeunes qui représentent deux tiers de la population. Ils se retrouvent sans travail, vivant au jour le jour, prisonniers d’une histoire qu’ils n’ont pas vécu mais qui régit leur vie.

C’est l’histoire d’un village symbole malgré elle d’une Algérie qui souffre et de ses jeunes qui ne demandent qu’à rêver d’un avenir meilleur.


1 commentaire.


Laisser un commentaire