© Kalel KOVEN
{{thumb80}}
© Roméo BALANCOURT
{{thumb80}}
©  David TEMPLIER
{{thumb80}}
© Pierre STEVENIN
{{thumb80}}
© Tristan SHU
{{thumb80}}
© Balint PÖRNECZI
{{thumb80}}
© Fred MARIE
{{thumb80}}
© Patrick HANEZ
{{thumb80}}
© Aurélien FAIDY
{{thumb80}}
© Cyril ABAD
{{thumb80}}
© Michel Denis-Huot
{{thumb80}}
© Thomas VOLLAIRE
{{thumb80}}
© Jacques GILLON
{{thumb80}}
© Olivier GRUNEWALD
{{thumb80}}
© Jacques BORGETTO
{{thumb80}}
© Pascal BOURGUIGNON
{{thumb80}}
© Diego BUÑUEL
{{thumb80}}
© Scarlett COTEN
{{thumb80}}
© Ljubiša DANILOVIC
{{thumb80}}
© Marion DUBIER-CLARK
{{thumb80}}
© Tony EL HAGE
{{thumb80}}
© Guillaume FLANDRE
{{thumb80}}
© Stanislas GUIGUI
{{thumb80}}
© Jacky LEY
{{thumb80}}
             © Eric MARRIAN
{{thumb80}}
© Bruno MORANDI
{{thumb80}}
© Pascal XICLUNA
{{thumb80}}
© Jean-Louis COURTINAT
{{thumb80}}
© Gérald GERONIMI
{{thumb80}}
© Frédéric BOEHLI
{{thumb80}}
© Julien APRUZZESE
{{thumb80}}
© Bruno AMSELLEM
{{thumb80}}
© Pierre-Anthony ALLARD
{{thumb80}}
© Eric BOUVET
{{thumb80}}
13.08.2015

Prise en main du X-T10

Impressions et prise en main du X-T10 (mai 2015)

 Quand FUJIFILM m’a proposé de tester un nouvel appareil de la série X, j’ai accepté sans hésitation. Ma surprise fut à la hauteur de mon enthousiasme !! Plus compact et plus léger que son grand frère, le X-T10 affiche d’emblée ses prétentions : petit mais… costaud !

Disposés sur le capot autour de la griffe porte-accessoires, trois barillets donnent le ton : mode de prise de vue ; mode d’exposition ; correcteur d’exposition. Les moins expérimentés s’y retrouveront, tout comme les nostalgiques des 24×26 réflex. La prise en main est fluide et instinctive. Les autres fonctions ne sont pas en reste, reprenant la plupart de celles du X-T1.

 Après cette première prise en main, je suis parti faire quelques clichés à la Foire du Trône. J’y suis resté 4 heures ! Du bonheur, je vous dis ! Du bonheur!!

La visée électronique du X-T10 se fait en temps réel, fini les images prises avec un léger décalage. Par ailleurs, son large écran inclinable est un régal ! L’image reste lisible même en plein soleil. Sans compter le confort d’une visée ventrale moins « agressive ». Utilisé avec le déclencheur électronique, j’ai pu travailler avec discrétion, silencieusement.

La rapidité de l’autofocus est remarquable. La possibilité de donner la priorité au déclenchement en mode S, m’a permis de privilégier « l’instant décisif ». L’activation du collimateur de mise au point et son déplacement se faisant simultanément dès la première pression d’une des quatre touches de navigation, offre un « coup » d’avance dans la zone de mise au point voulue. Détail non négligeable en reportage pour une meilleure réactivité.

De retour au bureau, je suis de nouveau bluffé. Le rendu est superbe ! Les couleurs sont à la fois vives et nuancées, les écarts de lumière bien gérés, le grain bien maîtrisé en haute sensibilité. Non seulement la qualité du capteur X-trans II de Fujifilm n’est plus à démontrer, mais en plus le traitement du processeur est remarquable.

Vous l’aurez compris, le X-T10 est bourré d’atouts. Compact au look vintage (il dispose même du filetage pour déclencheur souple, j’adore), ce nouveau boîtier de la série X va rejoindre très certainement mon fourre-tout en complément du X-T1 lors de mes reportages professionnels.

Pascal Xicluna

Cliquez ici pour voir d’autres images en HD (galerie Prodibi)


Aucun commentaire.


Laisser un commentaire