© Kalel KOVEN
{{thumb80}}
© Roméo BALANCOURT
{{thumb80}}
©  David TEMPLIER
{{thumb80}}
© Pierre STEVENIN
{{thumb80}}
© Tristan SHU
{{thumb80}}
© Balint PÖRNECZI
{{thumb80}}
© Fred MARIE
{{thumb80}}
© Patrick HANEZ
{{thumb80}}
© Aurélien FAIDY
{{thumb80}}
© Cyril ABAD
{{thumb80}}
© Michel Denis-Huot
{{thumb80}}
© Thomas VOLLAIRE
{{thumb80}}
© Jacques GILLON
{{thumb80}}
© Olivier GRUNEWALD
{{thumb80}}
© Jacques BORGETTO
{{thumb80}}
© Pascal BOURGUIGNON
{{thumb80}}
© Diego BUÑUEL
{{thumb80}}
© Scarlett COTEN
{{thumb80}}
© Ljubiša DANILOVIC
{{thumb80}}
© Marion DUBIER-CLARK
{{thumb80}}
© Tony EL HAGE
{{thumb80}}
© Guillaume FLANDRE
{{thumb80}}
© Stanislas GUIGUI
{{thumb80}}
© Jacky LEY
{{thumb80}}
             © Eric MARRIAN
{{thumb80}}
© Bruno MORANDI
{{thumb80}}
© Pascal XICLUNA
{{thumb80}}
© Jean-Louis COURTINAT
{{thumb80}}
© Gérald GERONIMI
{{thumb80}}
© Frédéric BOEHLI
{{thumb80}}
© Julien APRUZZESE
{{thumb80}}
© Bruno AMSELLEM
{{thumb80}}
© Pierre-Anthony ALLARD
{{thumb80}}
© Eric BOUVET
{{thumb80}}
07.08.2015

Colombie : la Lucha Libre

Dans mon travail photographique, j’ai besoin d’être rapide, précis et surtout discret. Je travaille au plus près, souvent avec des personnes difficiles ou dans des contextes bizarres.

La Lucha Libre, équivalent du catch européen fait partie intégrante de la culture  populaire colombienne, pourtant, c’est un sport en voie de disparition dans le pays. La fédération n’a pas d’argent, les matchs ont lieu dans des salles bas de gamme, mal éclairées et j’étais plutôt parti pour faire des portraits que des photos de sport.

Avec mon appareil X-T1 Fuji, j’ai pu rentrer dans l’action en toute discrétion. M’approcher du ring et même passer un peu la limite des cordes sans gêner quiconque. L’appareil est petit, discret et très solide.

A un moment, je ne me suis pas écarté assez vite des combattants et un des catcheurs m’est rentré dedans en courant. L’appareil s’est envolé et j’ai bien cru que c’était la fin de la séance. La machine est retombée en plein sur l’objectif, le XF35 F1.4, et tout le monde autour de moi avait vraiment l’air désolé, à part le catcheur qui ne s’était même pas excusé. Je ressentais un mélange de colère et de crainte qui me fit rougir.

Quand je ramassais l’appareil, il ne s’allumait plus et l’objectif était carrément plié sur un des rebords extérieurs. J’éteignais et rallumais le contact plusieurs fois, mais rien à faire. J’ai enlevé et remis la batterie et il est reparti d’un coup comme si de rien n’était. Soulagé, j’ai pu reprendre mon calme et terminer la séance en douceur.

Vu la violence du choc, je suis étonné qu’aucun circuit ne soit endommagé car la fragilité est le principale problème de l’électronique de précision. Et en général, contrairement à la mécanique, un problème en entraîne un autre. Je touche du bois, car je reste encore 3 mois à Bogota, mais depuis cet accident, j’ai refait plusieurs séances photos et le X-T1 tient le coup et je n’ai noté aucun problème particulier. Le boîtier n’a pas de chance, je ne suis pas photographe de studio.

Stanislas Guigui


Aucun commentaire.


Laisser un commentaire