© Kalel KOVEN
{{thumb80}}
© Roméo BALANCOURT
{{thumb80}}
©  David TEMPLIER
{{thumb80}}
© Pierre STEVENIN
{{thumb80}}
© Tristan SHU
{{thumb80}}
© Balint PÖRNECZI
{{thumb80}}
© Fred MARIE
{{thumb80}}
© Patrick HANEZ
{{thumb80}}
© Aurélien FAIDY
{{thumb80}}
© Cyril ABAD
{{thumb80}}
© Michel Denis-Huot
{{thumb80}}
© Thomas VOLLAIRE
{{thumb80}}
© Jacques GILLON
{{thumb80}}
© Olivier GRUNEWALD
{{thumb80}}
© Jacques BORGETTO
{{thumb80}}
© Pascal BOURGUIGNON
{{thumb80}}
© Diego BUÑUEL
{{thumb80}}
© Scarlett COTEN
{{thumb80}}
© Ljubiša DANILOVIC
{{thumb80}}
© Marion DUBIER-CLARK
{{thumb80}}
© Tony EL HAGE
{{thumb80}}
© Guillaume FLANDRE
{{thumb80}}
© Stanislas GUIGUI
{{thumb80}}
© Jacky LEY
{{thumb80}}
             © Eric MARRIAN
{{thumb80}}
© Bruno MORANDI
{{thumb80}}
© Pascal XICLUNA
{{thumb80}}
© Jean-Louis COURTINAT
{{thumb80}}
© Gérald GERONIMI
{{thumb80}}
© Frédéric BOEHLI
{{thumb80}}
© Julien APRUZZESE
{{thumb80}}
© Bruno AMSELLEM
{{thumb80}}
© Pierre-Anthony ALLARD
{{thumb80}}
© Eric BOUVET
{{thumb80}}
28.10.2016

Invisibles

Invisibles est un film-photographique réalisé pour la Fondation Abbé Pierre. Il s’agit de cinq portraits de personnes fréquentant les Boutiques Solidarité, connues également sous le nom d’Accueil de Jour.

Le film photographique Invisibles

 

Invisibles – Portrait de Ramzy

Parmi ces personnes, Ramzy, que j’ai rencontré alors qu’il passait ses nuits dans un conteneur abandonné, sur un terrain vague de la banlieue parisienne.

J’ai fait le choix de photographier les lieux où ces personnes dorment, exclusivement de nuit et sans flash (parfois j’éclairais avec mon téléphone), pour ne pas dénaturer l’ambiance sordide de ces endroits-refuges.

J’ai vite été confronté au fait, que je ne voyais rien, concrètement, dans le conteneur où dormait Ramzy. J’ai alors poussé les ISO du X-T1 à leur maximum et ai été stupéfait de découvrir la scène qui m’entourait à travers le viseur. J’y voyais plus clair qu’à l’œil nu.

Avec le X-T1, j’ai pu travailler dans des conditions de lumières extrêmes, quasi inexistantes. Je découvrais parfois dans le viseur la scène, que je devinais à peine à l’œil nu.

L’image dans le viseur électronique était fort bruitée, mais je me suis dit que cela valait mieux que de ne pas en faire du tout ou de rajouter une source de lumière.

Ce n’est qu’en important mes fichiers dans LR que je me suis rendu compte à quel point les photos étaient nettes, leur grain naturel et leur rendu colorimétrique fidèle.

La capacité du capteur à monter très haut en sensibilité combinée à la qualité des objectifs XF, l’absence de miroir annulant toute vibration et bruit au déclenchement, m’ont permis de réaliser exactement les images que j’avais en tête.

 

Pour en savoir plus :

www.fondation-abbe-pierre.fr

 

Voir la galerie d’images ci-dessous :


Aucun commentaire.


Laisser un commentaire